Appelés à la sainteté

Durant ce mois de Novembre, nous allons célébrer deux fêtes importantes : le 1er novembre, la Toussaint et le 15 novembre, la confirmation de 25 jeunes de l’aumônerie et de 4 adultes de la communauté. La première fête nous rappelle que nous sommes tous appelés à la sainteté, que c’est notre vocation de baptisés en tant que telle. La deuxième nous enseigne que la sainteté est d’abord un don, que c’est l’amour de Dieu qui a été répandu dans nos cœurs et qui fait son œuvre en nous.

Les jeunes qui sont partis à Taizé ont fait l’expérience de la prière : 3 fois 45 minutes dans la journée avec des chants, des textes de la Parole de Dieu et de long temps de silence. Il a fallu s’adapter à ces temps de silence. Au début, ce silence est pesant, -on entend tousser dans la chapelle-, on s’ennuie même un peu. Et progressivement, ce silence devient habité. On apprend à demeurer avec soi, à laisser émerger ses désirs profonds, à faire la paix, à discerner ce que le Seigneur attend de moi.

La prière personnelle et les sacrements sont les deux lieux privilégiés pour recevoir l’amour de Dieu. Cet amour reçu éclaire notre intelligence pour nous montrer ce que nous avons à faire et fortifie notre volonté pour l’accomplir. La vie du Christ devient le modèle de notre vie. Et ensuite, dans le concret de sa vie, on est appelé à mettre en pratique cet amour, en ordonnant son existence comme un don, en se mettant au service de ses frères, en apprenant à pardonner.

L’appel à la sainteté est pour chacun. Saint François de Sales, dans l’introduction à la vie dévote, montre que cette sainteté est pour tous, quel que soit son état de vie, sa vocation. Et il montre que toute sainteté est unique de la même manière que nous sommes chacun unique. Chacun répond aux appels de l’Esprit ici et maintenant dans son existence. Impossible de copier une sainteté !

Alors que nous allons continuer durant ce mois de Novembre à préparer la mission du temps de l’avent, puissions-nous être sûrs que notre première mission est de grandir en sainteté : de là découle toute joie et toute fécondité !

P. Lionel Dumoulin